top of page
  • 2rp

Burkina Faso : l'attaché militaire français expulsé du pays pour "activités subversives"



L'escalade continue entre Paris et Ouagadougou. Après avoir obtenu le départ des forces spéciales françaises du dispositif Sabre, puis rompu les accords de défenses d’assistance militaire qui les liaient, le gouvernement du Burkina Faso a décidé de rompre définitivement sa coopération militaire avec la France.



Le régime de transition burkinabè, dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré, a pris la décision de mettre un terme définitif à sa coopération militaire avec la France. Dans un communiqué publié le jeudi 14 septembre 2023, les autorités de la transition ont sommé Paris de retirer son attaché de défense, accordant deux semaines à Monsieur Emmanuel Pasquier pour quitter le pays.


« Le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabés de l’extérieur présente ses compliments au ministère de l’Europe et des affaires étrangères de la République française et à l’honneur de porter à sa connaissance que le gouvernement du Burkina Faso a décidé pour compter de ce 14 septembre 2023, de retirer l’agrément de M. Emmanuel Pasquier, attaché de défense près de l’ambassade de France au Burkina Faso pour activités subversives », informe le communiqué.



Les autorités de transition burkinabè ont accordé un délai de deux semaines à l'attaché de défense français, Monsieur Emmanuel Pasquier, ainsi qu'à son équipe, pour quitter Ouagadougou. Cette décision s'inscrit dans un contexte de montée des tensions entre Paris et Ouagadougou.


Il faut préciser que M. Pasquier et le personnel du bureau militaire français disposent de deux semaines pour quitter le territoire burkinabè. Par ailleurs, le gouvernement de transition du Burkina Faso annonce la fermeture de la mission militaire burkinabè à Paris à partir de cette même date, le 14 septembre 2023.