Mali: après la révolution populaire, le chemin vers la souveraineté?


Les sanctions se poursuivent contre le Mali depuis la révolution populaire menées par les forces révolutionnaires. Apres la CEDEAO qui a fermé ses frontières et geler ses flux financiers avec le Mali, la Francophonie qui a décidé de suspendre le Mali de toutes ses instances, c’est à présent au tour de l’Union européenne de suspendre temporairement ses activités avec le Mali. Comment comprendre ses gestes qui, pour la Cedeao, la Francophonie ou encore de l’Union européennes font office de représailles ou de sanctions. Le Mali est-il entrain de retrouver, par là, sa pleine souveraineté ? Où se trouve le paradoxe?


La situation au Mali était au cœur de la réunion des 27 ministres de la Défense européens réunis mercredi à Berlin.

Lors d’un point de presse avec la ministre allemande Annegret Kramp-Karrenbauer, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a expliqué la décision de l'Union de suspendre temporairement ses missions civiles et militaires au Mali, après la révolution populaire au terme de laquelle le président Ibrahim Boubacar Keita donné sa démission.


"Nous n'entraînons pas les armées à être des putschistes. Aucun des quatre plus importants leaders de ce mouvement militaire contre le président Ibrahim Boubacar Keita n'a été formé par notre mission. Ils se sont entraînés en Russie et aux États-Unis."; a expliqué l'UE.


Rappelons qu'avant l'Union européenne, c'est la CEDEAO qui a fermé ses frontières et geler ses flux financiers avec le Mali. S'en est suivi la Francophonie qui a décidé de suspendre le Mali de toutes ses instances.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine