La Russie interroge les États-Unis sur l’origine du coronavirus


Tout au long des dernières semaines, depuis que le Président américain Donald Trump a inventé l’expression « virus chinois » pour rebaptiser le Coronavirus, Moscou a gardé un silence assourdissant.

Finalement, le dimanche 29 mars, Moscou a rompu ce silence.


Le fait que la première déclaration russe ait été faite au niveau du Ministère russe des Affaires Étrangères rend cette déclaration particulièrement significative.

Dans une remarque exclusive, une « source au sein du Ministère russe des Affaires Étrangères » a déclaré à l’agence de presse d’État Tass :

« Afin de répondre sans ambiguïté à la question sur l’origine, sur l’endroit où le premier cas est apparu, des recherches importantes doivent être menées. Ainsi, le ton accusateur de Washington dans ses commentaires contre la Chine soulève un désarroi flagrant ».

La source a ensuite évoqué l’allégation faite en Chine – à savoir qu’une équipe de militaires américains s’était rendue à Wuhan, en Chine, avant l’épidémie. La source du Ministère russe des Affaires Étrangères a déclaré :

« Quant à la « piste américaine » dans l’épidémie de COVID-19, nous n’avons pas ces données aujourd’hui. Cependant, nous surveillons depuis longtemps avec inquiétude l’activité militaire et biologique américaine menée à proximité directe de nos frontières. En d’autres termes, il y a effectivement des questions pour les États-Unis ».

Pour commencer, il convient de rappeler certaines choses. Tout observateur de longue date du système d’État russe, de la culture médiatique et de la diplomatie russe sait que Tass, qui fonctionne sous la supervision du Kremlin, ne se contente pas de reprendre les propos égarés d’une source russe non officielle.

Quant aux diplomates russes, même les plus stupides d’entre eux savent qu’il vaut mieux ne pas bavarder avec un correspondant de Tass. Et, bien sûr, Tass ne publiera jamais en première page une déclaration d’une telle importance sans une autorisation de haut niveau, peut-être même du Kremlin.

En résumé, la Russie indique qu’elle sait quelque chose sur l’origine du coronavirus qui pourrait avoir un impact explosif sur la politique mondiale et la sécurité internationale. La Russie a des accords de partage de renseignements très privilégiés avec la Chine. Le Kremlin est le seul interlocuteur avec lequel le bureau du Président Xi Jinping maintient un système institutionnalisé de partage d’informations et de coordination vitales.

Tous ces facteurs entrent en jeu dans l’évaluation du rapport Tass d’hier.

Une explication plausible du rapport Tass est que Moscou a alerté Trump sur quelque chose dont il n’est peut-être pas encore conscient.

En effet, aucune tentative n’a été faite par les États-Unis jusqu’à présent pour réfuter l’allégation chinoise. Il y a eu une couverture médiatique à la place. Entre-temps, les experts ont estimé qu’il est peu probable que le coronavirus ait été utilisé par qui que ce soit comme arme biologique, mais on ne peut pas exclure que le virus ait pu « s’échapper » au cours des recherches.

Il est intéressant de noter que la « source » russe a établi une comparaison précise avec les tentatives secrètes de l’armée américaine de se livrer à une « activité biologique » près des frontières russes également.

Trump a déclaré que sa référence au « virus de la Chine » était une réaction instinctive à l’allégation chinoise. Trump a depuis ajouté qu’il a cessé d’utiliser cette expression. En fait, il a compensé en téléphonant au Président chinois Xi Jinping pour enterrer la hache de guerre.

Après leur conversation du 27 mars, Trump a semblé soulagé que Pékin accepte d’enterrer le passé et d’envisager un avenir d’efforts conjoints pour lutter contre le coronavirus. Trump a tweeté dans un langage inhabituellement empathique, exprimant même son « respect » pour le système chinois :

« Je viens de terminer une très bonne conversation avec le Président Xi de Chine. Nous avons discuté en détail du coronavirus qui ravage de grandes parties de notre planète. La Chine a traversé beaucoup de choses et a développé une forte compréhension du virus. Nous travaillons en étroite collaboration. Beaucoup de respect ! »


La Xinhua a porté un rapport exceptionnellement détaillé sur la conversation qui a souligné qu’une discussion sérieuse avait eu lieu entre Trump et Xi et a clairement indiqué que Trump a posé des questions à Xi et a tenu des propos rassurants :

« Soulignant que l’expérience de la Chine est très éclairante pour lui, il a déclaré qu’il fera des efforts personnels pour s’assurer que les États-Unis et la Chine puissent éviter les distractions et se concentrer sur la coopération contre le COVID-19 ».

Les références ici aux « efforts personnels » et aux « distractions » méritent une attention particulière. Xi a-t-il mis Trump en confiance ? Les Russes ont rompu leur silence dans les deux jours qui ont suivi la conversation entre Trump et Xi.

Cependant, l’histoire ne s’arrête pas là. Le virus apparu à Wuhan à la fin de l’année dernière est peut-être en train d’établir son origine en atteignant les États-Unis et en créant une situation apocalyptique à New York. La grande question continuera à hanter la communauté mondiale : Le coronavirus a-t-il été conçu à l’origine dans l’utérus d’un laboratoire du Pentagone qui développait des armes biologiques ?


La Russie dit maintenant qu’elle dispose d’informations à ce sujet. Le Pentagone effectuait-il des tests d’armes biologiques potentielles sur les deux grandes puissances que l’État Profond américain considère comme les principaux adversaires et menaces existentielles des États-Unis ?

Moscou a le moyen d’attirer l’attention de la Maison Blanche sur des questions sensibles par de tels moyens à une époque où les canaux de communication directe restaient désespérément bouchés. Moscou sait parfaitement, grâce à ses expériences passées, que le Président des États-Unis n’est pas toujours tenu au courant des manigances des guerriers froids au sein de l’establishment américain du renseignement et de la défense.

Le complexe militaro-industriel et « l’État Profond » ont historiquement été une loi en soi. Rappelez-vous le discours d’adieu du Président Dwight Eisenhower le 17 janvier 1961, lorsqu’il a mis en garde la nation contre l’influence potentielle du complexe militaro-industriel (un terme qu’il est censé avoir inventé). Eisenhower a déclaré :

« Dans les conseils de gouvernement, nous devons nous garder d’acquérir une influence injustifiée, qu’elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. Le risque d’une montée désastreuse d’un pouvoir mal placé existe et persistera. Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés ou nos processus démocratiques. Nous ne devons rien tenir pour acquis. Seul un citoyen alerte et bien informé peut contraindre à l’intégration correcte de l’énorme machinerie industrielle et militaire de défense avec nos méthodes et objectifs pacifiques, afin que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble ».

Pendant sa présidence, Eisenhower a fait l’amère expérience que, malgré son profond passé militaire et le fait qu’il soit le seul Général à avoir été élu Président au XXe siècle, le complexe militaro-industriel a torpillé ses efforts pour amorcer la détente avec l’URSS.

À la suite du célèbre incident de l’avion espion U-2 du 1er mai 1960 (quelques jours avant une réunion au sommet entre Eisenhower et le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev à Paris), qui a rendu le Kremlin furieux, Eisenhower a dû renoncer à une visite prévue à Moscou en juin pour concrétiser son projet de politique étrangère de détente avec l’URSS, que le Général hautement décoré de la Seconde Guerre mondiale avait profondément chéri et qui aurait constitué son plus bel héritage présidentiel.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine