Comment restituer la souveraineté dans le ciel africain ?

August 12, 2019

 

Depuis le crash d’un Boeing 737 d’Ethiopian Airlines au mois d’avril et le coup porté au crédit de cette compagnie, l’une des plus rentables de toute Afrique, certains milieux ne cessent de penser à la souveraineté aérienne des pays africains. Les commentateurs ont vu dans le crash du Boeing une certaine mauvaise volonté d’empêcher une compagnie de ligne africaine d’être la première sur le continent. Il y a du vrai dans cette analyse puisqu’à y regarder de plus près, le ciel africain est sous contrôle des puissances occidentales qui empêchant les entreprises africaines de fleurir et continue à y imposer leur loi. Mais peut-on changer la donne ?

 

Une alliance permet d’avoir une structure de réseau de partage de coûts entre les compagnies membres et leur permet de travailler en synergie en ce qui concerne l’aspect coût dans des domaines comme les acquisitions conjointes ou les économies au niveau d’installations communes.          

Il existe d’autres formes de collaboration et de partage de ressources entre les compagnies aériennes africaines, sur lesquelles l’AFRAA s’est penchée. Ces initiatives englobent la coordination de l’utilisation des centres de formation et des formateurs expérimentés sur le continent, le partage des installations d’entretien et la mise en commun des ressources. Non seulement ces formes de collaboration assureront la survie des compagnies aériennes, mais elles permettront également la viabilité et la durabilité du transport aérien.   

Si les transporteurs de la région devaient se focaliser sur la coopération commerciale en tant que domaine clé de développement, cela permettrait à davantage de personnes de voyager par avion en raison de tarifs moins élevés, des fréquences accrues sur les routes existantes et de la croissance du trafic sur de nouvelles routes. Tous ces éléments marqueront la fin des itinéraires peu pratiques qui impliquent des connexions de vols même sur de courtes distances au sein de la région.

 

La nécessité de renforcer la collaboration pour une croissance accélérée constitue un des domaines clés sur lesquels l’accent a été mis lors de la 8e Convention des parties prenantes du secteur du transport aérien qui a eu lieu récemment à Maurice en mai 2019 et qui avait réuni plus de 300 délégués d’Afrique et du monde entier.

L’engagement sans faille dans des collaborations avantageuses pour tous permettra au secteur du transport aérien en Afrique de répondre à la demande future qu’on estime devoir doubler dans les 20 prochaines années.

 

Sur la base des résultats impressionnants observés en comparaison avec d’autres régions du monde, il est évident qu’un niveau d’engagement élevé vis-à-vis d’approches de collaboration produira le type de marché du transport aérien qui sera profitable aux compagnies aériennes, aux passagers et aux économies locales.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

MRC planned insurrection : Fru Ndi tells Maurice Kamto ‘the sdf will not join you’

September 14, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine